Pour une rentrée parlementaire sensible au genre

A l’occasion de l’ouverture de la session parlementaire, tant au niveau national que provincial, l’Observatoire de la Parité en RDC appelle les élu(e)s du peuple à faire de cette session celle du progrès de la parité et de l’intégration de la dimension de genre. Les assemblées parlementaires devant se pencher en premier lieu sur les questions budgétaires, l’Observatoire de la Parité en RDC les encourage une nouvelle fois à mettre en œuvre une démarche de « gender budgeting », c-à-d, d’intégration de la dimension de genre dans l’élaboration du budget. L’intégration d’une perspective de genre dans le processus budgétaire consiste en l’analyse et l’élaboration de budgets (recettes comme dépenses) tenant compte des situations respectives des femmes et des hommes. Il s’agit donc, pour les décideurs politiques, de mettre en oeuvre un instrument pour arriver à des finances publiques tenant compte des besoins, des préoccupations et des attentes spécifiques des femmes. Le parlement national doit aussi, durant cette session, se pencher sur deux institutions essentielles pour la démocratie congolaise : la première, la CENI, pour la réformer en profondeur, la deuxième la CNDH (la Commission Nationale des Droits de l’Homme) pour créer cet organe indépendant et indispensable pour la promotion et la protection des droits humains fondamentaux. A cette occasion, l’Observatoire relance un appel urgent pour que ces deux institutions soient composées de manière conforme à l’article 14 de la Constitution et que...

Read More