Comme vous le savez, la CENI a plannifié la tenue des élections locales, c-à-d des conseillers municipaux, de secteurs et de chefferies, pour le mois de juin 2015.

L’Observatoire de la parité considère ces élections comme capitales puisqu’elles devraient permettre de voir au moins 30% de femmes devenir conseillères municipales ou conseillères de secteur ou de chefferie, surtout si le projet de loi déposé au Parlement par le Gouvernement était adopté car il instaure pour la première fois le système de quotas réservés aux femmes.

L’Observatoire de la parité veut donc impliquer en grand nombre les femmes dans ce processus électoral en tant qu’électrices et aussi candidates, et dans un premier temps en tant que observateurs ou plutôt observatrices à long terme des élections.

En effet, depuis le 10 juin, la CENI a débuté l’opération d’accréditation des observateurs long terme du processus électoral en cours. Ce processus est essentiel et les femmes doivent absolument s’y impliquer. Les observateurs court terme sont actifs essentiellement le jour des élections. Le processus électoral ne se limitant pas au jour du scrutin, les observateurs long terme, eux, surveillent l’ensemble du cycle électoral, ce qui inclut des questions à long terme essentielles pour l’intégrité des élections comme l’inscription des électeurs, l’enregistrement des partis politiques et des candidats, la campagne électorale, le respect des droits de l’homme (y compris la participation des femmes et des minorités), le rôle des médias, le vote, le dépouillement, lacompilation des résultats et le contentieux. L’observa-teur(trice) a libre accès à tous les lieux où se déroulent les opérations électorales.

Vous pouvez être mandatée par l’Observatoire de la parité pour être observateur ou plutôt observatrice à long terme de ces prochaines élections locales.

En effet, la loi électorale dans son Article 42 dit : « Est observateur tout congolais ou étranger mandaté par une Organisation nationale ou internationale et accrédité par la Commission électorale nationale indépendante pour assister à toutes les opérations électorales ».

Il suffit pour cela que la demande d’observation soit introduite, via l’Observatoire de la parité, en présentant, s’il est congolais :

1°. sa carte d’électeur ;

2°. le mandat en bonne et due forme délivré par l’organisme ou l’association qui le propose (dans ce cas l’Observatoire de la parité);

3°. 2 photos passeport récentes.

Vu le petit nombre d’accréditation délivrée jusqu’à ce jour et principalement à Kinshasa, la CENI a décidé de prolonger d’un mois cette opération d’accréditation (mais elle pourrait être prolongée d’avantage encore, à la demande de l’Observatoire, puisque la loi électorale dit à l’Article 43 : « La demande d’observation est introduite au plus tard quinze jours avant le jour du scrutin« ). La CENI a aussi permis aux organisations situées en Province (comme l’Observatoire) de faire parvenir les dossiers à une adresse électronique accreditationceni@gmail.com

 Si vous ne comptez pas être vous-même candidate aux prochaines élections locales de 2015, vous pouvez quand même jouer un grand rôle en vous impliquant comme observatrice long terme mandatée par l’Observatoire de la parité.

Que devez-vous faire d’urgence ?

C’est très simple :

1. Vous allez dans un endroit où vous pourrez scanner sur une même page votre carte d’électeur et vos deux photos passeport récentes.

2. Vous envoyez immédiatement par email cette page en pièce jointe d’un message à cette adresse email : observatoiredelaparite@yahoo.fr

L’Observatoire fera suivre votre « dossier » à la CENI accompagné du mandat en bonne et due forme délivré par l’Observatoire de la parité qui vous propose comme observatrice long terme.

A quoi s’engage l’Observatoire de la parité ?

1. Une fois l’accréditation délivrée par la CENI, nous vous ferons parvenir la carte avec badge.

2. Nous vous tiendrons au courant par internet de l’état d’avancement du processus électoral et de ce que vous aurez à observer.

3. Nous vous assurerons une formation, entre autres, à travers un Guide pratique de l’observation long terme du processus électoral.

4. Si nous obtenons quelques moyens financiers d’un bailleur de fonds, nous nous efforcerons de couvrir quelques frais occasionnés par votre activité d’observation ( mais cette activité doit rester bénévole)

 À quoi vous engagez-vous ?

1. A réaliser bénévolement les activités d’observation qui vous seront proposées par l’Observatoire de la parité (les petits frais de communication, transport, etc . qui seraient éventuellement pris en charge par l’Observatoire en cas de financement ne seraient pas un droit mais une facilitation)

2. A respecter l’Article 45 de la loi électorale : « L’observateur est tenu de respecter les lois et règlements de la République démocratique du Congo, ainsi que les dispositions arrêtées par la Commission électorale nationale indépendante pour la bonne organisation du scrutin.

Il ne peut s’immiscer ni directement ni indirectement dans le déroulement des opérations électorales.

Il doit porter de manière visible sa carte d’accréditation et l’exhiber à toute réquisition de l’autorité compétente.

Il lui est fait interdiction de battre campagne ou de porter tout signe partisan. La Commission électorale nationale indépendante peut, à tout moment, retirer l’accréditation à tout observateur qui aura enfreint les dispositions ci-dessus ».

Dans le cas où vous ne souhaitez pas devenir observatrice long terme – parce que, par exemple, vous souhaitez être candidate à ces élections locales – vous pouvez inviter d’autres femmes à nous faire parvenir très rapidement leur dossier (carte d’électeur + 2 photos passeport scannées).

AIDEZ-NOUS MAINTENANT A FAIRE EMERGER LES FEMMES DANS LES ELECTIONS !

ENVOYEZ NOUS AUJOURD’HUI VOTRE DOSSIER !

30% > 50% DE FEMMES, OBSERVATRICES, CANDIDATES, ELUES, C’EST POSSIBLE AVEC L’OBSERVATOIRE DE LA PARITE !