L’Observatoire de la parité, avec l’appui de Pathfinder International, vous invite à adhérer à la Coalition Article 14.

Coalition Article 14

Nous, soussigné(e)s, adhérant(e)s à la COALITION ARTICLE 14, avons décidé d’agir solidairement pour la mise en oeuvre effective de l’article 14 de la Constitution de la RDC et de l’article 14 du Protocole de Maputo.

Nous demandons une mise en application effective de l’Article 14 de la Constitution de la RDC qui veut que les pouvoirs publics assurent la protection et la promotion des droits de la femme.

« Les pouvoirs publics veillent à l’élimination de toute forme de discrimination à l’égard de la femme et assurent la protection et la promotion de ses droits.
Ils prennent, dans tous les domaines, notamment dans les domaines civil, politique, économique, social et culturel, toutes les mesures appropriées pour assurer le total épanouissement et la pleine participation de la femme au développement de la nation.
Ils prennent des mesures pour lutter contre toute forme de violences faites à la femme dans la vie publique et dans la vie privée »

Parmi ces droits de la femme à promouvoir et protéger, nous demandons plus particulièrement une mise en application effective de l’Article 14 du Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits de la femme dit « Protocole de Maputo » qui garantit le Droit à la santé et au contrôle des fonctions de reproduction.

« Les États assurent le respect et la promotion des droits de la femme à la santé y compris la santé sexuelle et reproductive. Ces droits comprennent :
a) le droit d’exercer un contrôle sur leur fécondité;
b) le droit de décider de leur maternité, du nombre d’enfants et de l’espacement des naissances ;
c) le libre choix des méthodes de contraception ;
d) le droit de se protéger et d’être protégées contre les infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH/SIDA ;
e) le droit d’être informées de leur état de santé et de l’état de santé de leur partenaire, en particulier en cas d’infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH/SIDA, conformément aux normes et aux pratiques internationalement reconnues ;
f) le droit à l’éducation sur la planification familiale.

2. Les États prennent toutes les mesures appropriées pour :
a) assurer l’accès des femmes aux services de santé adéquats, à des coûts abordables et à des distances raisonnables, y compris les programmes d’information, d’éducation et de communication pour les femmes, en particulier celles vivant en milieu rural ;
b) fournir aux femmes des services pré et postnatals et nutritionnels pendant la grossesse et la période d’allaitement et améliorer les services existants ;
c) protéger les droits reproductifs des femmes, particulièrement en autorisant l’avortement médicalisé, en cas d’agression sexuelle, de viol, d’inceste et lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la mère ou la vie de la mère ou du fœtus ».

Vivant dans un pays, la RDC, où les grossesses non désirées consécutives à des viols sont très répandues, où les grossesses précoces mettant en danger la santé mentale et physique de la jeune mère sont fréquentes, où les avortements clandestins et non médicalisés tuent ou mutilent des milliers de femmes et jeunes filles, nous demandons que soient prises des mesures pour combattre les grossesses non désirées et les avortements à haut risque par une meilleure protection du Droit à la santé et au contrôle des fonctions de reproduction pour les femmes, jeunes filles et filles mères, tel que garanti par le Protocole de Maputo et donc par la loi congolaise.

En adhérant à la Coalition Article 14, nous nous engageons à encourager et soutenir, dans la mesure de nos possibilités, toutes les initiatives de promotion du Droit à la santé et au contrôle des fonctions de reproduction telles que :
➢ la formation de formateurs et la sensibilisation sur la lutte contre les grossesses non désirées et les avortements à haut risque.
➢ la sensibilisation et l’information des femmes et jeunes filles sur l’utilisation des méthodes contraceptives.
➢ la lutte contre les us et coutumes, les stéréotypes sexistes rétrogrades et nuisibles qui sont à la base de violences sexuelles tels les viols, les mariages précoces, etc.
➢ le plaidoyer pour la mise en conformité des lois congolaises avec l’article 14 du Protocole de Maputo.
➢ etc.

SIGNATURE :

Nom et/ou Organisation :

Vous pouvez communiquer votre adhésion ou celle de votre organisation par un message à observatoiredelaparite@yahoo.fr