Pour l’Observatoire de la parité, le 8 mars c’est lutter, réfléchir, se rassembler, mener ensemble des actions !

Les luttes des femmes ont permis de conquérir des droits et de progresser vers l’égalité entre les femmes et les hommes. La journée du 8 mars, qui célèbre l’histoire de ces luttes, est plus qu’un symbole. Ce n’est pas la journée de « la » femme, ni la « fête de la femme » comme les médias et les commerçants se complaisent à le répéter. Nous refusons la récupération de cette journée à des fins commerciales, avec des messages publicitaires proposant de la « fêter » par un cadeau ou une distribution de pagnes … sans doute pour mieux faire oublier, le reste de l’année, l’ampleur des inégalités qui restent à combattre. Dans la société les femmes sont partout mais l’égalité et la parité nulle part ! Les femmes et les filles sont touchées par les inégalités dans de multiples domaines, elles sont majoritairement en charge des tâches domestiques et familiales, minoritaires dans les postes de responsabilité politique ou économique. Elles sont trop souvent les premières victimes des conflits armés qui continuent en RDC et des multiples formes de violences : viols, violences conjugales, etc.   

Franchissons le pas pour l’égalité des sexes ! « Pour un monde 50-50 en 2030 », un des 17 Objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030 des Nations Unies, est le thème du 8 mars 2016. L’Objectif 5 des nouveaux ODD est : « Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles ». Et la Cible 5.5. est de «  Garantir la participation entière et effective des femmes et leur accès en toute égalité aux fonctions de direction à tous les niveaux de décision, dans la vie politique, économique et publique ». Et la Cible 5.C. est de « Adopter des politiques bien conçues et des dispositions législatives applicables en faveur de la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles à tous les niveaux et renforcer celles qui existent »

Le 8 mars, disons NON à l’impunité pour les auteurs des viols et massacres perpétrés en RDC depuis la guerre dite de libération et les rébellions jusqu’à aujourd’hui.

Le 8 mars ne doit pas être une journée sans lendemain. Plus que jamais, il doit s’inscrire dans une dynamique de mobilisations, de luttes et de revendications des femmes. C’est pourquoi l’Observatoire de la Parité mets à la disposition de tous plusieurs outils pour la réflexion et pour l’action :

1.      Les « états des lieux de la parité » dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu et dans leurs territoires (avec l’appui de International Alert). L’Observatoire de la parité compte établir de semblables  états des lieux de la parité dans les 24 autres provinces de la RDC.

Etat des lieux parite_Sud Kivu

Etat des lieux parite_Nord Kivu

2.      Une analyse critique approfondie de la « Loi sur la parité » qui démontre que les dirigeants congolais sont très loin d’avoir « Adopter des politiques bien conçues et des dispositions législatives applicables en faveur de la promotion de l’égalité des sexes »

ANALYSE CRITIQUE DE LA LOI PORTANT MISE EN ŒUVRE DE LA PARITE Version présentation

3.      Une Lettre ouverte de 180 ONG congolaises « NON à l’impunité » qui sera remise aux Nations Unies le 8  mars à l’occasion de la session du Conseil des Droits de l’Homme à Genève, avec en copie les autorités nationales congolaises, les agences du système des Nations Unies, les ONGs Internationales et autres acteurs impliqués dans la lutte contre l’impunité des violences sexuelles et des crimes internationaux. Les ONG qui souhaitent signer peuvent envoyer un e-mail manifestant leur adhésion à la Lettre ouverte à l’adresse : non.impuniterdc@gmail.com

LISTE DES ONG CONGOLAISES SIGNATAIRES DE LA LETTRE OUVERTE NON A L’IMPUNITE au 06 mars 2016

CONTACT :

Espérance MAWANZO, Directrice

0999941197

observatoiredelaparite@yahoo.fr